Huit ans ont passé !

La mort est une chose naturelle, l’ultime étape de la vie. Dès le plus jeune âge on se fait à l’idée qu’elle peut survenir à tout moment des conséquences de la maladie, d’un accident. Et puis il y a la mort causée par celui ou celle qui la donne volontairement. Cette mort est la plus injuste, la plus cruelle, la plus indélébile. Huit ans ont passé et la douleur est toujours là, profonde, insidieuse, dévastatrice. De cette douleur sourde et amère, personne ne sort jamais indemne. Il n’y a qu’à croiser le regard de ceux qui ont vécu la nuit du 17 juin pour s’en convaincre. Quand leur sourire et leurs cris de joie troublent mon sommeil, je mesure combien leur présence me manque. Elles se prénom

Un motard de la gendarmerie projeté contre un véhicule par un délinquant

Lorsque vivre ou mourir ne tient qu’à la volonté du malfaiteur. Cette séquence d’une violence incroyable (les images circulent sur le net) témoigne de la violence ordinaire qui peut surgir brutalement à l’endroit de n’importe quel militaire ou fonctionnaire chargé d’une mission de service public. Mercredi 10 juin 2020 vers 19H30 un individu agresse sexuellement la propriétaire d’un bar situé à Nœux-les-Mines (62-ZPN) avant de lui dérober son véhicule à l’aide des clefs préalablement subtilisées. Un délit, un de plus à rajouter au compteur de l’observatoire de la délinquance. Quelques instants plus tard, un motocycliste de la gendarmerie nationale locale qui vient de faire le plein de sa mach

Sentiment d’impunité contre présomption de culpabilité !

Voilà à quoi pourrait se résumer ce qu’il se passe en France aujourd’hui. Peu importe le lieu et les personnes mises en cause, celui qui défend l’état républicain est immédiatement accusé de tous les maux de la société. L’excès est devenu la règle et l’échange d’idées contradictoire l’occasion de vider son venin sur ce qui faisait la force d’une nation, le patriotisme et la fraternité. « Mon frère n’a pas de couleur. Il est celui qui marche avec moi dans le même sens pour faire avancer le pays vers des lendemains meilleurs. Qu’il soit soignant, commerçant, ouvrier, cadre, militaire ou policier, je lui reconnais les mêmes droits et les mêmes devoirs que moi. » Sans vision raciale, la couleur

Affaire Adama Traoré

"PAS D"AMALGAME", le mot du DG, du chef, que nous validons et soutenons ! Sur son "Blog du DG", le directeur général de la Gendarmerie Nationale, s'adresse aux gendarmes : Vous avez tous pu constater que l’affaire Adama Traoré a connu de nouveaux épisodes ces derniers jours. L’enquête judiciaire est à l’instruction et je ne me livrerai donc à aucun commentaire sur ses développements. Pour autant, j’ai adressé et je souhaite renouveler ici tout mon soutien et toute ma confiance à nos camarades impliqués, ainsi qu’à leurs familles, qui traversent une période particulièrement difficile au plan humain. Le respect de leur présomption d’innocence est un principe indépassable. Je rappelle également

À la Une
Publications récentes 
Archive
Nous suivre
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

© Copyright ©2020AG&C | JeM82