Rechercher
  • Admin

Application des directives centrales



Depuis l’ouverture de la 57ème session du CFMG à la DGGN vous êtes très nombreux à solliciter l'association concernant le discours d’ouverture du directeur général, le Général LIZUREY. Il a été adressé à chaque militaire par email professionnel. Le directeur général explique qu’il « est nécessaire de laisser la main localement pour appliquer les directives centrales, voire à la marge, ne pas les appliquer », ce qui demande de l'intelligence de situation et de la "bienveillance" des Chefs. Il a aussi souligné que cette disposition ne rime nullement avec les notions de « cogestion » ou de « démagogie », et qu'il est indispensable pour les Chefs de savoir expliquer les décisions.»

AG&C a toujours rappelé dans ses articles l’importance d’appliquer avec intelligence et bienveillance les textes, notamment sur les sanctions (voir notre texte sur les jours d’arrêts). Si elle partage tout à fait l'idée d’un commandement humain et efficient, la position exprimée devant le Conseil de la Fonction Militaire Gendarmerie, laisse planer un doute réel sur l'interprétation par les échelons locaux, d'ordres provenant de l'administration centrale. Le contexte dans lequel la direction affirme que les chefs locaux peuvent finalement faire comme ils le souhaitent, à la marge, sans précision sur le contenu, a provoqué chez tous les membres adhérents et sympathisants une sincère et immense inquiétude.

Cette disposition concerne-t-elle l’attribution des temps de récupération physique ? Des quartiers libres ? Des jours de repos ? Des formations ? Des mutations ? La sécurité des personnels ? Où commence et où s’arrête l'inapplication des directives régissant le quotidien professionnel des gendarmes ?

Après plusieurs années de travaux pour améliorer les conditions de travail des gendarmes, notamment avec la feuille de route, AG&C ne peut sérieusement envisager que le directeur général ambitionne d'exposer les gendarmes à d'éventuelles dérives locales.

C’est la raison pour laquelle, conjointement à la publication de ce communiqué, AG&C adresse une demande de mise au point auprès du secrétaire général du CFMG. En conclusion, AG&C sollicite du Directeur Général de la Gendarmerie Nationale, de bien vouloir préciser le fond de sa pensée.


20 vues

© Copyright ©2020AG&C | JeM82