Rechercher
  • Admin

Ouvéa 1988...



22 avril 1988 – 22 avril 2018 : Ouvéa, 30 ans déjà... Une date que les plus jeunes ne connaissent pas ou peu, si ce n'est dans les récits des « anciens ». Une date qui a pourtant marqué les esprits mais aussi et surtout notre Institution. Resituons rapidement les faits : avril 1988, une situation politique extrêmement tendue entre Paris et la Nouvelle Calédonie. L'attaque de la Gendarmerie de Fayaoué... un drame. Nous perdrons 4 des nôtres : l’adjudant-chef Georges Moulié, les gendarmes Edmond Dujardin, Daniel Leroy et Jean Zawadzki, et aurons de nombreux blessés dans nos rangs. S'en suivra une prise d'otages, sans précédent, des Militaires de la Gendarmerie. Tandis que certains seront libérés sous la pression des « sages », d'autres seront conduits dans la grotte d'Ouvéa. Ce n'est qu'au jour du 05 mai que « l'opération Victor » verra la libération des otages, libération ayant coûté la vie à l'adjudant Régis Pedrazza et le 2e classe Jean-Yves Véron du 11ième Régiment Parachutiste de choc et l’intervention de près de 75 hommes dont ceux du GIGN. L'assaut, terrible, se fera sous les balles des AA52 et autres Famas dérobés lors de l'attaque de la Gendarmerie d'Ouvéa, assaut durant lequel le Lieutenant T. du GIGN sera gravement blessé ; il ne sortira du coma que longtemps plus tard. Si les pertes ont été conséquentes, d'un côté comme de l'autre, Ouvéa restera marqué dans l'esprit de tous. Le devoir de mémoire est important à nos yeux ; il en va du respect de ceux qui sont tombés au service de la France.


65 vues

© Copyright ©2020AG&C | JeM82