Rechercher
  • Admin

Prime de fidélisation pour les CSTAGN

Quand des sous-officiers de gendarmerie tiennent des propos humiliants et insultants !


Le 22 mai 2019, paraissait au journal officiel un texte portant sur une « nouvelle » prime au bénéfice des sous-officiers du corps de soutien technique administratif de la Gendarmerie Nationale (CSTAGN). L’information, rapidement publiée sur les « réseaux » spécialisés, fait notamment l’objet d’un article sur le site de l’Essor de la Gendarmerie. Il est partagé le jour même sur la page Facebook du journal ainsi que sur d’autres groupes composés de militaires de l’Arme. Pendant près de 48 heures, ce sujet génère des centaines d’interventions écrites et il est vite apparu qu’à l’annonce de cette prime, la majorité d’entre elles ne font qu’exprimer de la jalousie, de la médisance voire de la haine. Certains gendarmes trouvent indigne qu’un camarade du corps de soutien bénéficie d’une telle prime en évoquant par exemple ses problèmes de logement ou en comparant les taux horaires hebdomadaires des uns et des autres. Ils vont jusqu’à comparer de manière inepte les deux corps pour justifier le fait que les sous-officiers gendarmes méritent plus une prime que ceux du corps de soutien. Tout cela est agrémenté de qualificatifs dégradants et humiliants à l’égard de nos camarades et de leur engagement.


Est-il digne de voir en public, un sous-officier de la Gendarmerie, qualifier les CSTAGN d’idiots et d’inutiles ? Prétendre qu’il n’y a que le sous-officier de la Gendarmerie qui travaille et qu’il devrait être le seul à bénéficier de primes et de progrès indiciaires est une gageure !


Et oui ! Il existe des dysfonctionnements, des anomalies, s’agissant de certains aspects de la gestion en Gendarmerie. L’APNM Gendarmes et Citoyens a d’ailleurs plusieurs fois abordé le sujet au cours de ces 11 années d’existence. Pas pour rabaisser autrui, écraser ou humilier afin d’exister, mais pour mettre le doigt sur les sujets à améliorer et sur lesquels nous devons tous travailler. Il y a des désordres partout, dans tous les corps, dans tous les modèles, militaires, publics ou privés, mais on ne s’élève pas, on n’améliore pas son quotidien, en fragilisant celui de l’autre.


Ces centaines de camarades qui se sont vautrés durant deux jours et ont injurié les CSTAGN sont, sans aucun doute, les premiers à geindre en salle café, et sous-entendre que le slogan de l’institution « Une force humaine » n’a pas de sens dans la gestion de son quotidien. Ils oublient volontairement que la force humaine se décline individuellement par son comportement vis-à-vis de leurs contemporains.


Face à l’afflux continu d’injures, l’administrateur de la page Facebook de l’Essor a été contraint de supprimer cet article informatif en mentionnant : « A la suite de commentaires inappropriés voire injurieux sur les CSTAGN, nous avons supprimé le post sur la prime ».


Nous soumettons donc à votre lecture, un texte explicatif sur la prime allouée aux CSTAGN, produit par l’adjudant GUIBAL (CSTAGN) membre du conseil d’administration de APNM Gendarmes & Citoyens. Vous trouverez en fin d’article le lien pour nous rejoindre. Certains procureurs du web y verront sans doute un acte promotionnel, nous préférons nommer cela comme une démarche fondée sur des valeurs et des principes.


***


La gendarmerie a un besoin avéré du corps de soutien. Mais le constat est alarmant. Les départs de l’institution de ces personnels en cours de carrière sont un signe qui doit questionner.


L’objectif des Chefs pour tenter de juguler l’hémorragie consiste à trouver rapidement et durablement des solutions.


En parallèle, les recrutements ne sont pas à la hauteur des départs.


Un jeune maréchal des logis qui sort d'école avec un salaire inférieur à 1500€ devra attendre une dizaine d'années avant de pouvoir être inscrit au tableau de maréchal des logis chef.


Ce grade lui donnera la possibilité de pouvoir passer l'épreuve du BSS (Brevet Supérieur de Spécialiste), ainsi en cas de réussite, il pourra bénéficier de l'échelle 4 (augmentation du salaire).


Une des solutions a été de créer une prime de fidélisation. Comme son nom l’indique, elle est allouée pour maintenir au service les personnels dans la période de maréchal des logis à maréchal des logis chef.


En résumé et à ce jour :


Un maréchal des logis qui a 4 ans de grade :

- peut souscrire un lien au service de 42 mois

- montant de la prime : 3000€ brut (Perçue une fois)


Un maréchal des logis qui a entre 5 ans et 7 ans de grade au 31 décembre 2019:


- peut souscrire un lien au service de 36 mois

- montant de la prime : 2500€ brut (Perçue une fois)


En cas de rupture du lien au service :


- remboursement intégral de la prime

- non remboursement en cas d'inaptitude imputable au service ou de réussite au concours OCTAGN


(Référence : Le décret n° 2019-255 du 27 mars 2019 portant attribution d’une prime de fidélisation aux sous-officiers du corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie nationale en précise les modalités -L'arrêté du 27 mars 2019 fixant le montant de la prime de fidélisation attribuée aux sous-officiers du corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie nationale)


REJOINDRE APNM Gendarmes & Citoyens

3,223 vues3 commentaires

© Copyright ©2020AG&C | JeM82