Qu'est ce qu'un bon gendarme aujourd'hui ?


Au début de ma carrière, il y a une quinzaine d'années, je me souviens de mes « modèles », ceux qui m'ont appris la profession et surtout ceux qui m'ont fait aimer ce métier si particulier, avec ses bons et même ses mauvais côtés. Ces camarades m'ont appris la cohésion, le goût de l'effort, l'entraide. En terme gendarmerie et notamment en brigade car pour ma part, je n'ai connu que cette unité, que signifie cela ? Ou du moins que signifiait cela ? Avoir la foi dans son métier quitte à sacrifier (pas entièrement bien entendu) un peu de ses temps libres. Combien de quartiers libres (QL) envolés à cause de la plainte pour viol à 18 heures pour le collègue planton ? Alors il y a bien la solution du « je suis en QL, ce n'est pas mon problème », mais comme me l'ont appris mes « modèles », à la place de ton camarade planton, n'aimerais tu pas qu'un collègue te donne un coup de main ?…. Je ne suis pas parfait, loin de là, je pensais jusqu'à maintenant que mon plus gros défaut était mon côté grande gueule et ma franchise (car oui, cette dernière dans notre noble institution est loin d'être une qualité). Mais je me trompais, mon plus gros défaut et c'est ce qui ressort principalement, c'est que je ne valide pas mes tests CCPM (Contrôle des Conditions Physiques du Militaire).

Oui, j'ai un léger surpoids, pour faire bonne mesure j'ai un problème au genou qui ne m'empêche pas d'être apte au sport (tant mieux cela dit) mais qui m'handicape à chaque footing. De ce fait, je ne suis pas du tout à l'aise à la course à pied. Je ne suis pas un fainéant de canapé pour autant, je fais du VTT, je profite à fond de la montagne qui m'entoure, que ce soit randonnées été comme hiver, via ferrata ou un peu d'alpinisme. Mais malheureusement pour moi, je cours les 3000 mètres en un peu plus de 16 minutes et de ce fait, je suis un mauvais gendarme…. Je ne remets pas en cause le principe des CCPM mais, aujourd'hui, malgré la qualité de mon travail et ma disponibilité permanente, même en QL voir en repos, ces choses qui ressortent dans mes notations annuelles depuis 15 ans, ce qu'on dit de moi « en haut de ma fiche de notation », c'est que je cours les 3000 mètres en plus de 15 minutes… Dans ma compagnie précédente et dans l'actuelle, mes commandants de compagnie citent en modèle certains camarades validant leur CCPM avec des temps impossibles pour moi. Ce qu'ils omettent de dire, c'est que certains de ces personnels ne savent pas prendre une audition sans oublier les trois quart des questions ou sans faire trois fautes par ligne. Ils ne disent pas non plus que ces personnels à 18 heures pétantes, peu importe qu'il y ait du travail ou non passent par la porte de derrière et vont profiter de la vie pendant que toi, trop bon trop con, tu aides ton camarade qui surnage. Ils ne disent pas que certains de ces personnels, qui battent des records sur 3000 m, « téléphonent » aux renforts ou au commandant de compagnie dans la voiture pendant une bagarre alors que toi, au contact, tu essayes d'éviter les coups. J'aime mon métier, j'aime les enquêtes judiciaires, j'aime tellement ça que je laisse souvent de côté ma compagne et mes deux filles de 4 et 1 an. Je continuerai donc à travailler de la sorte car mes « modèles » m'ont inculqué ces valeurs mais quand je constate la considération que cela apporte, je me pose de plus en plus de questions….

Qu'est ce qu'un bon gendarme aujourd'hui ? Pas moi en tout cas, je cours 3000 mètres en plus de 15 minutes...

A la une
Publications récentes
Archive
Nous suivre
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

© Copyright ©2020AG&C | JeM82