"Tribune libre" Nous vous partageons un texte rédigé par un camarade il y a quelques jours


Après « Police Académy », « Grey's Anatomy » et « L'Académie des Neufs », France Productions présente : « 50 nuances de jugements ou quand Marianne part en couille... ». De façon tout à fait exceptionnelle (et vous l'avez bien compris ne serait-ce que dans le choix des mots du titre), j'ai décidé de laisser la parole au citoyen que je suis et laisser de côté le politiquement correct. Hier, vendredi 17 février 2017, on pouvait donc lire sur la page Tweeter du très respectable Syndicat de la Magistrature : « le Syndicat de la Magistrature s'associe aux rassemblements de demain (donc aujourd'hui) contre les violences policières ». De but en blanc, je me suis dit que ce ne pouvait être qu'un gag, une plaisanterie (certes audacieuse) ou un coup de pub mal orchestré... mais non ! Il s'agissait bel et bien d'une publication tout ce qu'il a de plus sérieux. J'ai voulu m'exprimer sur le moment mais les seuls mots, qui me venaient, étaient carrément trop "hard" alors, j'ai pris un peu de recul... juste pour en trouver d'autres encore plus acerbes. Je ne reviendrais pas sur l'affaire Théo qui a défrayé la chronique (même si les derniers éléments vidéo semblent orienter l'enquête sur un « regrettable incident ») mais juste sur ce qu'elle a engendré. Comme d'habitude, dès que les mots « violences policières » ont été lâchés par les journalistes, le feu a été mis aux poudres... entre autres. Débordements de toutes natures par ci, incendies par là, y'en avait pour tous les goûts et pour toutes les racailles... Je passerais également sur la visite présidentielle (,,,) que je qualifierais de « pantinesque » autant que sur les exploits de ce groupe de people », unis d'une seule et même voix pour se lever et écrire contre les violences policières. Je ne peux m'empêcher de penser, en voyant le nom d'un de ces « artistes », qu'après « casser la voix », il ne tarde à sortir un nouveau single avec « casser la gueule »... Mais revenons-en à ce fameux tweet du Syndicat de la Magistrature. Sauf erreur de ma part, le principe de séparation des pouvoirs est toujours d'actualité. En d'autres termes, la Justice se doit donc d'être impartiale.. donc ne pas intervenir de quelque manière que ce soit, dans les « affaires en cours ». Or, soutenir des rassemblements (des manifs, faut appeler un chat un chat) sur une affaire hyper-médiatisée, dans laquelle, en plus, la Police Nationale est montrée du doigt, cela relève non-seulement du délire mais c'est, de surcroît, valider ce qu'interdit l’état d'urgence !! La Justice, ou du moins son syndicat, valide donc ce que la Loi interdit. De deux choses l'une : ou je suis complètement con depuis des années (et c'est encore possible) ou y'a un truc que j'ai vraiment pas pigé dans le fonctionnement de la dite Justice. Je rejoins l'un de mes camarades qui a dit : « « Aujourd'hui, certains magistrats ont montré la direction dans laquelle ils veulent diriger la justice ». Je pensais qu'elle était là pour faire appliquer les Lois, je n'avais pas compris qu'elle acceptait implicitement qu'on les bafoue et ce, en toute impunité. A une heure où l'insécurité est grandissante parce que le laxisme judiciaire l'est aussi... A une heure où il devient héroïque de se promener dans certains coins de France... A une heure où les Forces de l'Ordre, fatiguées, abandonnées, méprisées, ont besoin d'un soutien inconditionnel (il semblerait que les attentats soient déjà oubliés...), il serait plus que temps de pouvoir, enfin, non seulement remettre les choses et les gens à leur place mais aussi, et surtout, de rappeler à certaines catégories de personnes ce pour quoi elles sont payées. A défaut, il n'y a pas d'alternative pacifiste : si la Justice n'est plus en mesure d'être rendue convenablement, c'est le peuple qui va s'en charger. Notre Histoire de France est déjà suffisamment parsemée de guerres et de soulèvements populaires sans que l'absence, l’incompétence ou les dérives de certains ne viennent attiser un feu déjà brûlant. Nous avons la chance d'avoir un pays libre, multi-culturel, multi-racial mais nous sommes aussi victimes d'en avoir mis à l'écart. Il est temps de renouer avec nos valeurs que sont la Liberté, l’Égalité et la Fraternité si tant est qu'il nous en reste. Charles De Gaulle a dit : « Le gouvernement n'a pas de propositions à faire mais des ordres à donner ». Personnellement, je pense que, dans cette phrase, tout est dit...et bien dit. ® WLR2017

A la une
Publications récentes
Archive
Nous suivre
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

© Copyright ©2020AG&C | JeM82