Programme “sécurité” des candidats à la Présidence de la République.


L'actualité foisonnante de cette période préélectorale estompe tous les sujets importants liés à la gendarmerie nationale, et plus généralement aux forces de l'ordre. Il est donc temps de s'interroger sur les dossiers que devront traiter en priorité, le futur président et son gouvernement. Mais attachons nous à décortiquer les programmes de chaque candidat en matière de conditions de travail des forces de sécurité (en attendant qu'ils daignent répondre aux cinq questions qui leur ont été posées officiellement). Il seront onze à demander le suffrage des français pour diriger un pays devenu quasiment ingouvernable. Le détail de chaque programme est fourni dans le désordre, pour éviter de nous coller une étiquette politique, que l'on aura de toutes les façons, même si elle ne correspond à aucun critère objectif. Bref.

Jean-Luc Mélenchon fait des propositions pour la police, en oubliant de citer la gendarmerie. Le démantèlement des BAC (les PSIG aussi ?) et la suppression des armes non létales (taser, flasch-ball grenades de désencerclement) constitue le socle de son programme. La police (et la gendarmerie ?) cristallise toute la défiance d'un homme prêt à tout pour défendre les malfaisants opprimés. Il retire les primes aux résultats et refonde la police de proximité. Ses propositions suggèrent que le désarmement des policiers (et des gendarmes ?) sera certainement la prochaine étape. Enfin, la mesure phare de ce programme sécuritaire est de regagner la confiance des populations par une police de proximité, en augmentant les effectifs pour en arriver à ceux de 2007 et en remettant sur le terrain ceux qui occupent un emploi sédentaire (il ignore que c'est déjà le cas et qu'il ne reste dans les états-majors de la gendarmerie que la stricte et nécessaire ressource pour les faire fonctionner). Porter à deux ans la formation des élèves-gardiens de la paix, conférer un statut garanti aux ADS (mais pas les GAV, certainement bien mieux servis que leurs camarades de la police) et lancer un vaste plan de rénovation des commissariats pour lutter contre la clochardisation du bâti, clôture son programme. Ses conseillers ignorent peut-être l'existence d'une force régalienne actuellement chargée d'assurer la surveillance et la sécurité de la moitié de la population française, répartie sur 95 % du territoire national. A moins qu'il ne réserve ces dispositions innovantes à la seule police nationale ? Le lien est ici https://laec.fr/section/13/garantir-la-securite-et-la-surete

François Fillon propose de recruter 5000 postes dans la police et la gendarmerie. C'est toujours 7000 de moins que ce qu'il a contribué à supprimer entre 2007 et 2012 et remettre sur le terrain 5000 emplois dits de bureau, ce qui monterait les effectifs supplémentaires à 10000. Lui aussi, il fait preuve d'une ignorance coupable, car entre 2002 et 2012, tous les emplois sédentaires qui pouvaient l'être sans mettre en danger la sécurité des personnels, ont été remplacés par des militaires de corps techniques ou des civils. Il veut lui aussi relancer la rénovation des outils informatiques, des véhicules, des casernements … sans en chiffrer le coût. Mais à y regarder de plus près, ses propositions partent dans tous les sens. De la construction de prisons à l'armement des polices municipales, en passant par un renforcement des pouvoirs de police des maires, ce programme éclectique ne détaille que des mesures très générales. Des interrogations des gendarmes, il n'en est opportunément pas question. Le lien ici https://www.fillon2017.fr/projet/securite

Benoît Hamon reste dans la lignée de ses prédécesseurs. Il augmentera de 1000 postes supplémentaires par an, les effectifs de la police et de la gendarmerie, sans en détailler le ratio et il instituera une prime pour ceux affectés dans les zones de sécurité prioritaires. En plus de la NBI ? Il ne le dit pas. Il veut rétablir une véritable police de proximité pour renouer des liens de distance, méfiance, discriminations et violence. Ça c'est pour les gens des quartiers, mais qu'en est il de la considération, la reconnaissance et le respect de l'autorité à l'égard des forces de l'ordre ? Il ressort l'expérimentation du fameux récépissé pour éviter les contrôles au faciès. Il lancera un grand plan national de formation des agents de police et de gendarmerie pour lutter contre les préjugés et les discriminations et développer les liens de confiance avec les Français(e)s. Toujours pas de plan concernant le respect de l'autorité régalienne et de la considération des policiers et des gendarmes, laissant penser que le problème sécuritaire en France ne vient pas des délinquants et des casseurs, mais plutôt de la police (et de la gendarmerie). Enfin, se voulant plus novateur que Jean-Luc Mélenchon, il légalisera le cannabis.

Marine Le Pen présente un programme recentré voire indigent. Elle propose de recruter tout de suite 15000 policiers et gendarmes, de rénover casernes et commissariats, de moderniser les équipements et d'instaurer une présomption de légitime défense pour les membres des forces de l'ordre. Elle aussi ignore que les emplois d'états-majors ont été remplacés par des emplois civils ou des militaires du corps technique. Et c'est tout ! Le lien ici https://www.marine2017.fr/…/projet-presidentiel-marine-le-p… (mesures 12 à 16)

Les propositions d'Emmanuel Macron sont nombreuses et son programme s'appuie sur un diagnostic exhaustif des causes de l'insécurité. Il créera sur cinq ans 7500 postes de policiers et 2500 postes de gendarmes, qu'il affectera dans les zones prioritaires. Il ouvrira une école pouvant accueillir 1000 policiers supplémentaires par an. Il développera la formation des policiers en matière d’autorité, de dialogue culturel, de respect d’autrui, de gestion des situations de conflits et de déontologie. Encore de la défiance ? Il est le seul à proposer d'équiper de caméras piétons les policiers (les gendarmes?) pour enregistrer les contrôles d'identité. Cette mesure qui semble être pertinente n'est guidée que parce que les populations se plaignent d'être harcelées par le nombre important de contrôles, pas pour assurer la sécurité du policier (ou du gendarme). Vu la qualité de son conseiller à la sécurité, on pouvait s'attendre à un peu plus de considération pour les militaires de la gendarmerie. Enfin, comme tous les autres d'ailleurs, il renforcera le recueil du renseignement opérationnel. La sémantique utilisée lui permet de laisser au lecteur le soin de lire entre les lignes, ce qu'il a envie d'y trouver ( Nous améliorerons notre renseignement, à tous les niveaux -extérieur, européen, national et territorial-. Les acteurs seront davantage coordonnés avec une centralisation de la planification des interventions sur le territoire et une planification des secours et réactions. Ainsi, l’interopérabilité entre les différentes forces sera accrue. Le reflux programmé de Sentinelle sera interrompu ou modulé en considération de l’intensité de la menace terroriste) Si vous n'avez pas tout compris, le lien est ici http://www.en-marche.fr/emmanuel-macr…/le-programme/securite

Le programme « sécurité » de Nicolas Dupont-Aignan se fonde sur vingt propositions. Trois seulement concernent directement les forces de l'ordre. Il rappellera tous les réservistes de la police et de la gendarmerie pour effectuer de la surveillance du territoire. Il créera des unités motorisées d'interventions rapides (voltigeurs). Il recrutera des agents administratifs pour permettre aux policiers et gendarmes d'être sur le terrain. On doit constater que c'est le plus indigent des programmes concernant les forces de l'ordre. Le lien ici http://www.debout-la-france.fr/…/d…/files/tract_securite.pdf

Le programme de François Asselineau n'aborde pas les problématiques concernant la sécurité des français. En fait, il reprend celui qu'il a présenté en 2012. le lien ici https://www.upr.fr/programme-elections-presidentielles-fran…

Ceux de Nathalie Athaud et de Philippe Poutou, non plus. Les liens ici.http://www.nathalie-arthaud.info/…/faire-entendre-le-camp-d…https://poutou2017.org/programme

Et que dire de l'absence de programme tout court de Jacques Cheminade ? Le lien ici. http://www.cheminade2017.fr/-Projet-2017-

Quant au programme sécurité de Jean Lassalle, il est tout bonnement vide. Le lien ici. http://jeanlassalle2017.fr/le-proje...

Voilà, vous avez tous les ingrédients pour vous faire une idée sur celui ou celle qui va conduire les destinées de la France durant les cinq prochaines années. La Gendarmerie n'est pas au centre de leurs préoccupations, sauf pour en faire une force de seconde zone ou pour certains, ignorer qu'elle puisse exister. Les femmes et les hommes qui la composent continueront à servir leur concitoyens contre vents et marées et « à l'insu de leur plein gré ». Ils poursuivront les missions, parfois incongrues, au péril de leur vie, faisant passer au second plan leur santé, leur famille et leurs intérêts. Ces serviteurs du bien contre le mal, transforment la défiance de leurs compatriotes en don de soi au service des nécessiteux et le malheur du quotidien en pardon sincère contre les malfaisants qui les haïssent pour l'autorité qu'ils représentent.

Dormez tranquilles braves gens, ceux qui veillent sur vos personnes et vos biens, vous saluent ... civilement !

A la une
Publications récentes
Archive
Nous suivre
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

© Copyright ©2020AG&C | JeM82