Assemblée Générale 2018

Notre dixième assemblée générale s’est tenue à la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale le vendredi 2 février 2018.

Elle se voulait avant tout conviviale et chaleureuse, faite d’échanges !

L’organisation de notre assemblée a toujours été très contraignante, comme toutes les autres Associations Professionnelles Nationales Militaires et tout particulièrement celles de la Gendarmerie, nous subissons l’éclatement géographique et les contraintes du métier. Même si la volonté de passer une journée avec son APNM est là, faire 10 heures de train pour un aller-retour dans la journée, après une semaine éprouvante au sein de son unité, réduit considérablement le nombre de « convives ». Certains membres de AG&C, de notre équipe dirigeante, étaient déjà dans les transports à l’autre bout de la France aux alentours de 2 heures matin, pour un retour la nuit suivante… Avec reprise du service à la clé… Il était donc important pour nous de vous servir le meilleur retour possible de cette journée dans cette édition spéciale, et vous faire vivre les moments d’échanges, les moments plus conventionnels et professionnels.


Dès l’arrivée à la Direction Générale et passé le moment des retrouvailles et des nouvelles connaissances, deux groupes composés de nos membres, de gendarmes de tous les horizons, de nos partenaires et d’invités, ont débuté la journée avec une visite guidée de la direction durant plus de 45 minutes.

C’est dans une ambiance détendue que le Colonel Bruno ARVISET et le Lieutenant-Colonel Laurent ANNEQUIN du Secrétariat Général du CFMG, se sont improvisés guides d’un jour. Débutant par une présentation organisationnelle et architecturale de la « caserne », l’histoire récente de la DGGN à Issy les Moulineaux, la visite s'est poursuivie par le "saint des saints", les bureaux du Directeur Général, du Major Général et des différentes directions de l'Institution, avec une longue pause commentée au CROGEND (Centre de Renseignement Opérationnel de la Gendarmerie) où il été présenté, le fonctionnement opérationnel H24 et les méthodes d'analyse des informations.

La visite des hébergements réservés aux militaires de la Gendarmerie jusqu’à « grimper » sur les toits pour profiter du panorama sur la capitale Parisienne, et ainsi mesurer l’ampleur de l’édifice dirigeant notre quotidien à tous, a clôturé cette excursion originale...

A l’image de cette journée, cette visite était frappée du sceau de la camaraderie. Dans le respect de la militarité qui nous est à tous très chère, il était avant tout question de démontrer et de réaffirmer l’humanité qui fait de nous des gendarmes…

C’est aussi cela, selon nous, le rôle d’une APNM. Au-delà des « revendications légitimes » ou des interventions dans le cadre de la défense des intérêts individuels et collectifs, nous sommes avant tout des militaires de la Gendarmerie Nationale, il y a parfois des erreurs de casting, des conflits, des comportements nuisibles au bon déroulement de « l’opérationnel humain » mais ce n’est qu’ensemble, au delà des connivences personnelles, des égos, des carrières et des besoins d’exister, que nous pourrons améliorer notre quotidien.

Vers 11h30 nous avions organisé un cocktail au sein de l’Atrium, un peu de Kir, de jus de fruits et quelques « amuse-gueules ». Un petit « apéritif » est toujours l’occasion de faire de belles et bonnes rencontres. Certains diront que c’est lors des apéritifs et repas que les choses se disent et se font… Pour AG&C, le travail effectué tout au long des ces dernières années, qu’il soit local ou national, garantissait déjà des échanges à valeurs ajoutés. Ce n’était là que l’occasion de confirmer la bonnes ententes avec l’ensemble des acteurs de la Gendarmerie, « gendarmes des terrains », « gendarmes des bureaux », concertations locales, CFMG, commandements, dirigeants, sans oublier quelques CSTAGN, GAV et réservistes…

Alors que quelques membres de l’équipe AG&C terminaient les préparatifs de la salle pour l’organisation de l’assemblée générale prévue à 14 heures, le Général Christian RODRIGUEZ Major Général, le Colonel Bruno ARVISET Secrétaire Général du CFMG et Conseiller au dialogue social militaire du DGGN ainsi que son équipe, le Lieutenant-Colonel Vincent ROCHE représentant le Général David GALTIER Inspecteur Général des Armées Gendarmerie (IGAG) et quelques autres invités des différentes directions nous rejoignaient pour le déjeuner autour d’un buffet.

Le déjeuner fut aussi l’occasion pour nos partenaires de se rencontrer, Monsieur Patrice BARREAU Directeur des Collections aux Editions La Baule, Monsieur Anouar ABAKRI Directeur de Communication chez GK Professional, Monsieur Antony HAINOZ Associé chez Ah Consultant, le Général (2s) Jean-François FURET-COSTE Président de UNEO…


Après avoir faire honneur au cocktail et avoir un peu tardé… il était temps d’attaquer le buffet ! Les échanges, le dialogue étaient plus que jamais de mise. Nous ne pouvons que remercier l’ensemble des présents, d’où qu’ils viennent, pour avoir su profiter du moment avec partage, dans une ambiance finalement très simple et très sincère.



Avant de lancer les hostilités en rentrant « dans le dur » de la journée avec la réunion d’assemblée générale à proprement parler, nous ne pouvions passer à coté de la célèbre séance photo !

13 membres du bureau et du conseil d’administration étaient présents (sur 22), il nous manquait principalement les gendarmes mobiles, service oblige... (NDDL, La Corse…).

De gauche à droite :  Adjudant Sébastien CERVERA du PSIG de Agen (47), Adjudant-Chef Cédric BOUVERET du PMO de La Charité sur Loire (58), Adjudant (er) Arnaud CHADELAT Président d’honneur, Gendarme Alain Guery du PSIG de Bron (69), Mdl-Chef Cédric DAVER de la BTA Tarascon sur Ariège (09), Gendarme ITA Alexandra GENTILI Trésorière de la BP Castelsarrasin (82), Adjudante Elise BEAUMONT Vice-secrétaire de l’EG Tulle (19), Général Christian RODRIGUEZ Major Général, Gendarme David SOYER Vice-président de la BT La Rochette (73), Gendarme Jérémy VITALE de la BTA Canet En Roussillon (66), Adjudante Célia CRETON Secrétaire du CCPG Modane (73), Mdl-Chef Maxime REVOL Vice-trésorier de la BP VEYNES (05), Mdl-Chef Thierry GUERRERO Président de la BTA Tresses (33) et le Capitaine (er) Jean-François CHARRAT Rédacteur en chef.

Un fois les saluts échangés, sans langue de bois, même parfois sur le ton de l’humour avec les autorités présentes, c’est avec une vingtaine de minutes de retard que nous nous installons sur les fauteuils confortables de l’Amphithéâtre Delfosse et que le Mdl-Chef Thierry GUERRERO, Président, proclame ouverte l’Assemblée Générale 2018 !

Saluant l’ensemble des présents, le président a rappelé que cette première assemblée tenue à la Direction Générale était, à plus d’un titre, historique ! Elle était l’occasion de réunir des gendarmes venus de tout le territoire aux parcours souvent très différents, des gendarmes adjoints volontaires, des gendarmes du corps de soutien, des réservistes, officiers et sous-officiers, des dirigeants de la Gendarmerie, des partenaires liés à notre institution. Cette assemblée était une étape logique dans la « méthodologie AG&C » de travailler avec l’ensemble des acteurs pour l’ensemble des acteurs du monde de la Gendarmerie.

Il a rappelé que le fruit de ces évolutions faites de bonnes relations avec tous, n’était pas qu’à mettre au crédit des gendarmes d’AG&C, mais aussi de « personnalités » de la Gendarmerie ayant pris la mesure de l’utilité que pouvait être un dialogue amélioré dans l’accomplissement de nos missions avec de meilleurs conditions. En citant notamment le travail effectué par le précédent DG, le Général FAVIER, poursuivi aujourd'hui par le Général LIZUREY. Le président a salué les capacités d’écoute du Colonel ARVISET, avec lequel les échanges sont toujours francs, directs et sans détours. Ce sont autant de relations professionnelles à l’image des pratiques de notre association, destinées à défendre les intérêts individuels du gendarme et de sa famille, ainsi que les intérêts communs, dans le respect de l’institution, de ses processus et de sa militarité !

Cette assemblée a aussi été l’occasion de faire un bref retour en arrière, de rappeler que, bien avant le décret sur les APNM du 29 juillet 2016, de nombreux gendarmes et anciens gendarmes avaient initié et fait perdurer ce mouvement. Officiellement déclarée au Journal Officiel date du 14 avril 2008, sous le nom « Forum Gendarmes & Citoyens », elle obtenait un cadre juridique avec le forum « Gendarmes & Citoyens » lancé un 1er avril 2007 et anciennement « Gendarmes en colères ». Cette première équipe, de gendarmes en activité, lançait la première association de la Gendarmerie à caractère professionnel, même s’ils devaient, sur ordre, rapidement démissionner et se conformer à l’interdiction des associations professionnelles en modifiant les statuts de l’association. Quoi qu’il en soit, l’idée d’un groupe professionnel composé de militaires de bonne volonté, sur des thématiques simples « entraide, liberté de s’exprimer, citoyenneté du militaire... » était née ! L’année suivante « Forum Gendarmes & Citoyens » était renommée en « Association Gendarmes & Citoyens ». Elle était dirigée par des gendarmes en position de retraite afin d’éviter les mesures de « rétorsion ». Malgré cela, des actives continuaient à participer au sein d’un conseil d’administration officieux. AG&C était principalement présente sur le forum « G&C » qui était alors le seul support, ou des gendarmes pouvaient librement s’exprimer sur leurs conditions. Elle possédait un petit site internet « vitrine » pour ses communiqués, afficher ses statuts et y adhérer ainsi qu’un magazine mensuel en ligne.

En 2012, AG&C saute dans le train à haute vitesse du numérique et du WEB 2.0, elle s’équipe d’un tout nouveau site internet aux normes actuelles, lance le règlement des cotisations en ligne ( via Paypal), ouvre sa page publique Facebook !

Sur le plan politique et médiatique, AG&C honore quelques rendez-vous institutionnels, écrit et rencontre les édiles pour promouvoir l’intérêt de son action et amener à généraliser, à faire entrer dans les mœurs, l’idée d’un « statut militaire rénové », à l’image du 21e siècle ! Préserver le caractère militaire de l'Institution constitue le socle des actions menées par l'association, sans rentrer dans des dérives d'un syndicalisme revendicatif ou dans le fonctionnariat (qui sonnerait le glas de l'existence même de la Gendarmerie). Elle promeut le professionnalisme associatif et malgré les interdictions, pendant des années, elle se comporte comme t’elle, avec parfois quelques coups durs, comme le jour ou Monsieur GROS, chef de cabinet du Ministre de l’Intérieur (Manuel VALLS), lui refuse un entretien au motif que AG&C est une association à caractère professionnel défendant les intérêts individuels et collectifs des gendarmes… C’était en juillet 2012…

En 2015, les retraités de la direction AG&C passent le flambeau aux personnels d’actives… Le Mdl-Chef Lionel DELILLE prend la présidence et conduit son équipe durant une année pour poursuivre la construction des fondations professionnelles de l’association en vu du passage officiel aux APNM, sans écarter de l’organisation les retraités, qui par leurs diverses expériences sont encore aujourd’hui une plus-value dans nos débats internes.

Début 2016 nous déposons notre demande d’agrément APNM au Ministre de la Défense. Elle sera validée bien plus tard, à l’automne, un délai étonnamment long.. Dans la foulée, nous signons la Charte des Associations de la Gendarmerie avec le Général FAVIER. Les premières pierres d’une relation apaisée avec l’ensemble des acteurs institutionnels sont enfin posées.

Fin 2016, le Mdl-Chef GUERRERO monte à la présidence, épaulé par deux Vice-présidents, le Mdl-Chef DELILLE et le Gendarme SOYER, tous affectés en brigade départementale.



L’adjudante Elise BEAUMONT Vice-secrétaire, a présenté le « bilan d’activité » (photo ci-contre).

L’augmentation significative du nombre d’adhérents depuis deux ans, passant de quelques centaines à près d’un millier en fin d’année 2017 a obligé l’association à faire l’acquisition d’une imprimante laser couleur semi-professionnelle pour répondre au volume des courriers à éditer (2000 cartes, courriers et enveloppes personnalisés au cours de l’année écoulée).


Face au nombre de saisines AG&C , et afin de servir la meilleure prestation possible, nous avons dû créer une base de données sécurisée pour organiser au mieux les documents relatifs aux diverses dispositions encadrant la profession ( temps de travail, positions de maladie, recours et modèles, soutien social, administratif et juridique, directives générales…). Cette base de données s’étoffe au fil du temps et en fonction des thématiques à aborder.

Chaque saisine AG&C fait l’objet de l’ouverture d’un dossier numéroté dont un membre de l’équipe AG&C à la charge, de sorte que nous puissions consulter en temps réel les avancées et les prises de contact avec la concertation, la hiérarchie ou la direction.


La Vice-secrétaire a ensuite donné la parole à Jérémy LANGLADE Directeur-technique, afin de faire le point et le bilan de l’ensemble des supports et leurs processus.


Qui est le Directeur-technique ?


Originaire du Sud-Ouest de la France, il est né en 1984 dans le Cher (18) et fit ses premiers pas au sein de la caserne de l’escadron de Gendarmerie Mobile de Saint-Amant Montrond, première affectation de son père. Rejoignant ensuite avec sa famille la caserne de la brigade de Gendarmerie de Bugeat (19) à la fin des années 80 quand le paternel intégrait la « départementale ». Mobilité oblige, s’en suivit plusieurs déménagements dans des casernes du Limousin. Au début des années 2000, majorité acquise, il exerce principalement dans les milieux de l’informatique et de l’automobile. Ses liens avec le monde de l’internet ne lui font pas rater une miette des divers supports type « forums » naissants et grandissants sur la thématique de la Gendarmerie et tout particulièrement sur l’amélioration des conditions de travail mais aussi de vie ! Au milieu des années 2000, se dirigeant vers le concours Gendarmerie, il rencontre celle qui allait devenir sa femme quelques semaines avant la date de franchir pas ! Cette dernière étant déjà gendarme depuis quelques années, et ce dernier ayant vécu toute sa vie en caserne, rythmé au quotidien de la Gendarmerie, il lui paraissait inopportun, afin de fonder une famille dans le meilleur des environnements, d’imposer à de possibles futurs enfants, deux gendarmes à la maison ! Il poursuivit donc dans ses domaines professionnels de prédilections… Au gré des évènements de la vie, des rencontres, des évolutions, il rejoint AG&C fin 2011, afin de mettre ses compétences dans le monde du numérique au service d’une cause qui a rythmé toute sa vie. L’association n’étant pas encore régie pas la loi sur les APNM, il rejoint d’abord le conseil d’administration, puis le bureau exécutif en tant que Vice-trésorier jusqu’à l’assemblée générale de 2015. Bénéficiant d’un congé parental pour son 3eme enfant, il est le Directeur-technique bénévole de l’association et sa mission est le développement et l’administration des supports en ligne et de la communication. En 2015 et au terme de 3 années de congé parental, travaillant alors pour la maison Philips, il est temps pour lui de reprendre son activité professionnelle. Sauf qu’entre temps, menant plusieurs projets familiaux de front, comme la mutation de son épouse de l’Ile de France vers le Sud-ouest, l’achat d’une maison centenaire à rénover du sol au plafond mais surtout le volume de travail considérable chez AG&C, qui, augmentant sa notoriété, requiert plus de 35 heures de travail par semaine, il fait le choix, à la demande du conseil d’administration de démissionner de son emploi et de se consacrer à plein temps à ses taches de Directeur-technique. Un sacrifice utile qui permet aux actives de l’équipe AG&C de ne se focaliser que sur les actions de premier ordre. L’active reste active comme n’importe quel autre gendarme au sein de son unité et peut ainsi donner tout son temps bénévole aux interventions utiles et institutionnelles. Il n’est pas évident pour tout le monde de consacrer du temps à des métiers de l’informatique et du numérique qu’on ne maitrise pas nécessairement.

Depuis 2015, et afin de se conformer à la loi sur les APNM, le Directeur-technique est prestataire de service pour le compte exclusif de l’association, moyennant une facturation mensuelle de ses services de 30 % de moins qu’un SMIC. Il n’est ni membre du bureau, ni membre du conseil d’administration. Il intervient pour AG&C au même titre que n’importe quel autre prestataire dans le cadre général des « relations publiques et de la communication ».


Le Directeur-technique a rappelé, par les chiffres, l’évolution des supports AG&C de 2010 à nos jours.

En 2010 AG&C comptait une poignée d’adhérents, moins de 50 et quelques actives, son site était visité environ 1 000 fois par mois et le magazine totalisait 2 500 lecteurs mensuels.

En 2012, après le lancement du nouveau site, du règlement des cotisations par Paypal et de la page Facebook, nous passions en fin d’année à 200 adhérents à majorité de personnels en activité, plus de 5 000 visites sur le site internet, 5 000 lecteurs pour le magazine mensuel.

Nous n’avons eu de cesse depuis de développer nos outils numériques, surtout ces deux dernières années, avec un groupe privé généraliste (dont le contenu et fermé au public) totalisant 2000 membres, la part des gendarmes représente 80 %, les 20 % restants sont des sympathisants (cotisants à AG&C), soit des épouses, des anciens militaires, quelques policiers, des pompiers…

Nous avons ajouté cette année un espace membre, uniquement réservé aux actives à jour de cotisation. Un espace Gendarmerie Mobile, ouvert à toutes les bonnes volontés de la GM.

L’équipe AG&C utilise un groupe appelé « Comité de rédaction » se composant du bureau, du conseil d’administration et de quelques volontaires ou candidats au conseil d’administration.

L’ensemble de ces espaces nous permettent une très grande réactivité. Nous avons tous Facebook sur nos Smartphones aujourd’hui… Nous pouvons interagir avec AG&C quels que soient le lieu et le moment. Si Facebook est principalement utilisé comme un réseau social, avec les limites et dérives qu’on lui connaît, il devient indispensable dans une utilisation strictement professionnelle pour une association s’étendant sur l’ensemble du territoire. Sa part pour notre communication interne et externe est vitale.

Au cours de cette année nous avons eu à modérer chaque mois entre 20 000 et 50 000 interventions sur l’ensemble des supports numériques liés à Facebook. Suivant l’actualité nous pouvons, sur une seule journée, générer par moins de 5000 interventions diverses. La page Facebook produit en moyenne chaque mois et à elle seule, entre 1 million et 2 millions et demi de portées de vues. D’ailleurs, cela dépasse largement le cadre strictement professionnel, suivant l’actualité, des milliers et même des dizaines de milliers de citoyens viennent montrer leur soutien et s’informer sur cette dernière. Son côté « vérité sans salamalecs » est particulièrement apprécié. Nous pouvons à la fois parler vérité du terrain, vue d’ensemble, en toute liberté et directement en nous adressant aux dirigeants de la nation. La liberté de ton et la bonne entente sont de mise et nous pouvons particulièrement le constater sur notre groupe privé généraliste, en comparaison de la plupart des autres groupes Facebook (traitant de la Gendarmerie ou non) l’ambiance est toujours à la détente, les dérives comportementales sont rares. Nous avons banni seulement 3 individus en 2017. Pourtant, tous les « courants », toutes les « classes » se côtoient.


En 2017 nous avons aussi lancé un nouveau site internet, beaucoup plus intuitif et lisible. Ce dernier outil nous a permis de mettre en place une boutique en ligne et le sacro-saint paiement sécurisé par carte bancaire (Paypal est toujours disponible). Le nouveau site est entièrement sécurisé suivant les normes en vigueur. Sur l’année 2017, le site, pourtant vitrine « figée » d’AG&C est visité 400 000 fois.


À l’ensemble de ces supports, nous ne pouvons oublier le magazine numérique. Ce mois de février 2018 verra sa centième édition ! Un magazine par mois, entre 30 et 60 pages depuis presque 10 ans, ça commence à faire du contenu. L’ensemble de nos magazines ont concerné, cette dernière décennie, pas moins de 3 000 communiqués AG&C. Tous nos magazines sont disponibles sur notre site, les feuilleter permet de prendre la mesure de notre travail depuis tout ce temps, bien avant les lois ou décrets sur les APNM. Si aujourd’hui un magazine mensuel réunit entre 8000 et 15 000 lecteurs par mois avec une moyenne annuelle de 160 000, nous avons depuis début 2017 passé la barre symbolique du million.

Autre aspect significatif de notre portée, un peu plus de 15 000 courriels sont passés par la direction technique en 2017. Le réseau « Messenger » est aussi beaucoup utilisé, que ce soit sur la page publique, ou sur les comptes personnels des membres de l’équipe AG&C, pour échanger avec des gendarmes ou des familles de gendarmes dans l’interrogation.


Enfin, en 2017, nous avons aussi mis en place notre plate-forme téléphonique à numéro unique. En théorie, cette dernière est transférée à un membre de l’équipe AG&C volontaire pour un laps de temps défini, en turn-over. En pratique, c’est le président qui répond depuis quelques mois. Le volume d’appels sur l’année, avant ou après la mise en place de la plate-forme est colossal, que ce soit en nombre ou en durée. Les principaux appels touchent directement des gendarmes et /ou leurs familles vivant une difficulté et le spectre est large. Harcèlement, burnout, conseils juridiques et administratifs, insalubrité des logements, manque de moyens constituent quelques exemples de sollicitations.

Environ 60 % des appels sont le fait de sous-officiers et principalement des gradés ou de commandants d’unité. Le reste est partagé entre des officiers (principalement niveau compagnie) et des familles. Sur l’année 2017, par courriel ou par téléphone, nous avons eu à traiter environ 400 « dossiers » sur divers sujets plus ou moins importants.

Il faut ajouter à cela les échanges entre les membres de l’équipe AG&C, s’agissant de l’ensemble des affaires courantes. Rien qu’entre le président et le directeur technique nous parlons de 600 appels téléphoniques en 2017, pour quasiment un millier d’heures de conversation.

Après un large bilan d’activité, le Président a donné la parole à notre Trésorière pour le bilan financier, la Gendarme (ITA) Alexandra GENTILI. La Trésorière a commenté les tableaux chiffrés, affichés sur l'écran géant de l’Amphi Delfosse. Débutant par un petit comparatif 2016/2017 elle détaillé les évolutions de cette dernière année.


S’en est suivi un état des lieux de nos dépenses pour l’année 2017 (voir le tableau ci-dessous). Le montant des facturations du Directeur-technique étant plus élevé de 4 000 € que son coût initial en raison d’un règlement des factures impayées de 2016, faute de trésorerie. Des frais de secrétariat représentent principalement les coûts d'affranchissement, de fonctionnement concernant les hébergements, les noms de domaines et les espaces en ligne de manière générale. Ils concernent également l’achat de matériels ( imprimante lazer précédemment évoquée), l’ensemble des frais juridiques (un cabinet d’avocat travaille avec et pour AG&C) et les déplacements des membres de l’équipe AG&C lors des rendez-vous associatifs. Il est intéressant d’évoquer sur ce dernier point, le sacrifice financier des membres de nos équipes s’agissant du coût des déplacements. Ces dernières années la majorité de nos membres du bureau et du conseil d’administration ont assumé pour des centaines d’euros la représentation de l’association, par conviction, quand la trésorerie ne permettait pas de « défrayer »

Un point sur nos recettes 2017, suivi d’un prévisionnel pour 2018 !


En conclusion, le Président a fait un tour d’horizon sur la « méthode AG&C », la gestion des dossiers et des retours divers, les relations avec la concertation interne et l’institution en général, la politique de communication, etc.

Il a rappelé que nous étions une APNM à la sauce AG&C, que nous n’étions pas un syndicat, que comme nous le faisons depuis une décennie, et que nous soyons d’accord ou pas avec l’administration centrale, le credo est avant tout le dialogue constructif et l’échange, seule méthode constructive pour améliorer nos conditions d’emploi et de vie. Il a rappelé que nous avions l’avantage, tout en étant rattachés légalement à la « militarité » et à notre institution, d’être indépendants des pouvoirs et des hiérarchies et que s’agissant de la concertation interne, qui est la base du dialogue en Gendarmerie, nous étions un complément et non une doublure. Nous sommes au service de tous, en accompagnement des conseillers concertations des compagnies, des groupements et des régions avec l’avantage de la transversalité. Quand un problème local congestionne le dialogue interne, souvent pour des raisons « humaines » comme dans l’ensemble de notre société car le Gendarmerie ne fait pas exception, nous avons l’avantage de l’indépendance des faits et des relations, tout en pouvant remonter « plus haut » en cas de besoin. Il estime le Conseil de la Fonction Militaire Gendarmerie (CFMG) comme étant le seul et unique organe interne ayant légitimité et qu’encore une fois, une APNM, à la sauce AG&C, ne peut-être qu’un supplément, une valeur ajoutée. Le Président a insisté sur ces points et nous l'appliquons à la lettre, chaque jour, dans le cadre de notre travail associatif. Il ne peut y avoir d’amélioration, si des entités officielles et externes à la fois, comme les APNM, ne jouent pas le jeu de la complémentarité et du travail collaboratif ! Tout doit se traduire dans le respect de nos processus avec l’ensemble des bonnes volontés. Malheureusement, la vie n’est pas toujours « rose », et en 2017, une poignée de conseillers de la concertation et quelques membres titulaires du CFMG ont tout de même écorné leur mandat, pour, à l’insu des personnels locaux, avoir fait de la rétention d’informations et pris parti comme si nous avions une couleur à l’image des guerres fratricides syndicales dans les autres institutions. L'exemple de notre campagne de soutien à nos camarades victimes d’IRMA illustre parfaitement ces interprétations. Des représentants élus ont volontairement refusé de jouer la carte de l’entraide, du don, de la générosité au nom d’une étiquette, d’une position locale. Nous n’en avons pas pris ombrage, car nous savons que l’avenir est à la construction de relations pérennes et qu’il y aura toujours, à l’image de la société, des gens ne servant qu’eux-mêmes avant de penser au bien commun. Ce sont heureusement des exceptions à la généralité !

Nos relations avec les hiérarchies locales ou nationales sont toujours très cordiales. AG&C informe, réinjecte le dialogue là ou il s’est perdu, de manière toujours factuelle. Quand un personnel nous saisit pour un dossier compliqué avec un commandant, nous partons du principe que le commandant est lui aussi un être humain en uniforme, qu’il a lui aussi un quotidien et des comptes à rendre, qu’il peut lui aussi se tromper, qu’il a lui aussi une famille qui en paye les conséquences. De ce constat, chaque dossier remonté aux hiérarchies est toujours impartial, pavé de bonnes intentions. Sur 400 saisines AG&C en 2017 nous n’avons rencontré aucune difficulté avec les responsables de la Gendarmerie. Il faut le souligner et le saluer !

S’agissant de la communication au sens large, AG&C est responsable. Les médias, de nos jours, partent dans tous les sens. Les gens se font les experts de tout, même le monde du journalisme est en surcharge d’informations à n’importe-quel prix, parfois même sans rien vérifier.

Il y a quelques années, du temps de AG&C non reconnue, de AG&C la « rebelle » interdite, nous donnions régulièrement des ITW papier, WEB ou télévisuelle avec quelques JT de 20 heures sur les grandes chaînes. Aujourd’hui, nous somme au temps de l’information continue, l’information fast-food, on passe au drive, on mange, on a encore faim. AG&C mesure ses propos et ses interventions, nous user la journée pour 10 secondes sur BFMTV ou la moitié des mots sont sortis de leurs contextes ne nous semble pas pertinent, peu efficient. Nous réservons notre matière à aider le gendarme individuellement au quotidien, à nous exprimer en premier lieu sur nos supports s’agissant de l’actualité et nous priorisons les supports médiatiques historiques composés de journalistes investis et consciencieux dans leur travail.


L’actualité 2017 n’aura pas été de tout repos pour les gendarmes, nous sommes principalement intervenus sur deux faits, et pas des moindres, tout d’abord les vœux du Président de la République en évoquant le temps de travail et de récupération des gendarmes. AG&C c’est largement exprimée sur le sujet et l’ensemble du contenu est visible sur nos supports. Nous ne pouvons que nous féliciter du travail collaboratif effectué durant cet épisode, en lien étroit et sans filtre avec la Direction Générale pour faire le lien avec les milliers de militaires de la Gendarmerie qui s’interrogeaient au travers de nos supports. Cette épisode nous aura permis de consolider notre base et de prouver l’efficacité d’une structure indépendante, pouvant remonter les éléments au plus haut en quelques heures. Le Président de la République ainsi que la Ministre des Armée auront eu la démonstration de ce que peut être une levée de bouclier des gendarmes face à des annonces pouvant être préjudiciables à leur mission et à leur bien-être. Quelques semaines plus tard, encore une fois avec le concours de la base et de la direction, nous montions au créneau pour défendre la sortie des tableaux d’avancement CSTGN et sous-officiers avec, face à nous, un Ministre du Budget aux abonnés absents. La pertinence d’une APNM libre de sa parole dans une monde construit autour de l'obligation de réserve trouve encore une fois tout son sens.


Nous avons évoqué notre première réunion de travail à la DGGN. Certainement l’événement notable de cette année 2017. Il n’était là, pas question d’invitation, de participation à une commission existante, mais bien de créer, d’inviter et d’animer la première réunion de travail entre des gendarmes de la base et des décideurs ou des directeurs de la DGGN. Au-delà du thème de la réunion «les détachements en école et des MIP en particulier », l'exercice se devait d’être une réussite, car il conditionnait la poursuite des travaux du même genre. La réunion, à proprement parler, de part et d'autre a été préparée avec soin et efficacité. Appréciée par l'ensemble des intervenants, elle a permis des échanges constructifs. Nous n’étions pas montés à la DGGN pour revendiquer mais pour travailler, avec des témoignages sans filtre, des propositions, des idées et des questions. Dans un esprit apaisé et professionnel, nous avons pu aborder chaque point en détail et au terme de la réunion, les représentants de l’association et de la direction sont partis avec des mesures concrètes dans leur attaché-case. Certaines dispositions ont déjà été mises en place. Nous y reviendrons par communiqué dans les prochaines semaines.


Le Président a expliqué la mise en place du formulaire de représentativité. Comme AG&C l’avait annoncé, elle ne fournira, d’aucune manière, son listing des adhérents aux autorités. Néanmoins, considérant qu’AG&C ne pouvait s'approprier le droit de choisir à la place des gendarmes, nous avons mis en place un formulaire de représentativité en ligne avec signature numérique, à remplir sur la base du volontariat. Le personnel de la gendarmerie adhère et renseigne le formulaire d’adhésion. Il est de fait, membre de l’association. Nous lui adressons ensuite un courriel l’informant qu’il peut faire le choix d’être représenté par son APNM conformément au décret en vigueur. Le membre choisit ensuite de renseigner ou pas, ce formulaire. Sur le plan des renouvellements 2018 et après un mois de nouvelles adhésions, le taux de formulaires représentatifs renseignés est de 98 %.


Après le passage de l’ouragan IRMA sur Saint-Martin et Saint Barthélemy, AG&C, via l’ensemble des ses contacts et de ses supports était sollicitée pour mettre en place une plate-forme de collecte des dons en ligne. Malgré des structures déjà existantes, de nombreux gendarmes et citoyens préféraient passer par des règlements via carte bancaire pour montrer leur soutien aux camarades et les familles éprouvées.

Nous avons donc installé via un site bien connu, un support sécurisé de réception des dons afin de centraliser l’ensemble des soutiens.

Après ajout d’un don de l’association, le montant total des sommes récoltées s’est élevé à 4 500 €. Nous avons souhaité, dans le respect des demandes des donateurs que ces dons aillent directement aux familles, également répartis, sans distinction de fonction ou de grade. Au final, ce sont plus d’une centaine de sous-officiers et d'officiers auxquels une marque de soutien a été adressée.

Nous remercions une nouvelle fois, le Général de division Philippe DEBARGE Commandant en second du CGOM et le Général de brigade Jean-Marc DESCOUX Commandant la Gendarmerie de la Guadeloupe ainsi que l’ensemble de leurs équipes, pour leur investissement dans ce geste désintéressé. Cette campagne de soutien se voulait avant tout, au-delà de l’argent, une démonstration de camaraderie et une marque d’entraide de centaines de gendarmes et citoyens à l’endroit de nos camarades et familles victimes de la nature.

Nous avons ensuite abordé les partenariats avec AG&C. Ils sont 5 et ils ont tous un lien direct avec notre institution. Les Éditions La Baule, Unéo, GK Pro, LMA et Euralpha constituent des partenaires fidèles et privilégiés. Il est évident que l’aide financière apportée par ceux-ci contribue au fonctionnement de l'association. Elle nous a permis de créer un emploi de Directeur-technique. Elle contribue à notre indépendance des grands ministères de l’Intérieur et des Armées, à l’inverse des syndicats par exemple. Car même empreint de bonne volonté, il peut vite devenir compliqué d’empoigner un peu trop durement la main qui nous nourrit (comprenne qui pourra ou... voudra !). Nos conventions de partenariats avec nos sponsors sont très claires. Ils participent au fonctionnement, nous les aidons à communiquer. Nous n’avons pas d’exigences tarifaires. Nous développons avec eux au fil du temps des avantages pour nos membres, comme par exemple une réduction permanente chez GK Pro ( en cours de mise en place). Avec certains de nos partenaires, étant tous liés au monde de la Gendarmerie, nous pouvons même faciliter le dialogue en cas de retours difficiles ou pour une meilleure information. Le partenaire visualise mieux le monde de la Gendarmerie et la condition d’emploi, et donc les besoins. Le gendarme en position de maladie, qui saisit AG&C peut bénéficier de conseils directs et avisés sur ses droits grâce à Unéo par exemple. Nos partenaires ne peuvent intervenir dans aucune décision de l’association, ils n’ont aucun droit de regard sur la ligne éditoriale par exemple ! C’est une association de personnes, de noms, de marques renommées, dont le seul intérêt et d’avancer positivement, chacun dans son domaine respectif, au sein de la Gendarmerie.

C'est sur ces mots que le Président clôture l’Assemblée Générale 2018.


AG&C remercie Jean-Christophe VAILLANT, directeur délégué de l’Essor (ici en compagnie de la Capitaine Nadia MOSTEFA du CABCOM Rhône-Alpes) pour sa présence tout au long de cette journée.