Port du masque : mascarade mensongère au magasin Carrefour de Breil sur Roya


Impression écran vidéo publique FB

Entre fausse misérable justice des réseaux-sociaux et manipulations de propos indignes d’une gérante de la marque Carrefour...


Mercredi 19 août 2020, un salarié du Carrefour Contact de Breil sur Roya (06) est interpellé par les gendarmes pour outrage.


Initialement, ils intervenaient dans cet établissement recevant du public où le port du masque est obligatoire pour demander à un salarié de porter correctement ce dernier. Plutôt que verbaliser d’une amende de 135 €, les militaires ont préféré user de pédagogie, en réclamant à trois reprises au salarié de s’équiper correctement. Le dialogue ne payant pas vraiment, l’individu a préféré opter pour l’énervement et les insultes à l’égard des gendarmes (la peine encourue pour un outrage est de 7 500 € d’amende). Malgré cela, les gendarmes, soucieux d’apaiser la situation ont préféré dialoguer. Ils ont invité le salarié à les suivre, ce que ce dernier a refusé. Arrive ce qu’il doit arriver dans un pays de droit, après le refus de respecter la loi en vigueur et de suivre les gendarmes, après les injures sur personnes dépositaires de l’autorité publique, il ne reste que l’interpellation. C’est la personne contrôlée qui place le curseur des moyens utilisés à son encontre, mais encore une fois, le monsieur s’oppose ! Au point qu’il aura fallu plusieurs minutes aux gendarmes pour y parvenir sans violence.


Au terme de sa garde à vue, le salarié du Carrefour Contact a intégralement reconnu les faits et admis que l’action des gendarmes était légitime et sans violence. Il est bon pour le devenu sempiternel « rappel à loi ». Rien de bien méchant pour dirons-nous, « un instant d’égarement » et enfin passer à autre chose.


Mais c’était sans compter sur la malhonnêteté de la gérante du magasin et la bêtise crasse de milliers de pseudos experts du réseau social Facebook.


Que la gérante soutienne un de ses employés c’est une chose, mais qu’elle manipule les images de vidéosurveillance en n’en transmettant qu’une partie (la fin de l’interpellation) à un ou des individus alimentant régulièrement Facebook et Youtube de séquences délibérément anti-forces de l’ordre dans le seul but de se gargariser du flot habituel d’injures et de menaces à l’endroit des gendarmes, c’est autre chose !


Madame Pastorelli, responsable du Carrefour Breil sur Roya a publiquement exprimé sa colère et son émotion. Extraits des fadaises qu’elle a racontées au journaliste : « choquée d’une arrestation (...) assez violente (...) abasourdie » « se retrouver en garde à vue car on ne porte pas convenablement son masque » « parce qu’on répond brièvement aux gendarmes... » « c’est un manque de délicatesse et d’intelligence »....


Cette femme a manipulé les réseaux sociaux et la réalité des faits avec comme première victime de cet emballement médiatique, son propre employé ! Dans une interview donnée à France 3 PACA du 23 août, elle enfonce le clou en prétendant ne pas vouloir « lâcher l’affaire ». Alors que depuis plusieurs jours et à cause de ses mensonges, des citoyens, des hommes, des gendarmes sont qualifiés en public de collabos, de dictateurs, de fils de p***, d’enc***, de chiens de la gestapo...


Les gendarmes de APNM Gendarmes et Citoyens exigent des excuses publiques de madame Pastorelli. En professionnelle des réseaux-sociaux qu’elle semble être, elle ne devrait pas rencontrer de difficultés pour les publier. Alors que des dizaines de milliers de gendarmes sont engagés sans compter leur temps de travail, sur l’ensemble du territoire pour la sécurité de tous, et en premier lieu les commerces de proximité et les grandes enseignes, nous exigeons du groupe Carrefour de prendre les mesures idoines pour le respect des lois au sein de ses magasins et de sanctionner le comportement indigne de cette gérante.

A la une
Publications récentes
Archive
Nous suivre
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

© Copyright ©2020AG&C | JeM82