Réforme des retraites. 2001, en ligne de mire ?


Décidément, on savait que l'on ne pouvait pas faire confiance à grand monde parmi les dirigeants politiques, mais on atteint des sommets de méprisante indifférence en matière de discussion concernant la réforme des retraites. Depuis plusieurs mois, l'association tente, en partenariat avec l'union des retraités de la gendarmerie, d'obtenir un entretien avec les deux ministres concernés, sans résultat. Passe encore l’impolitesse d'une absence de réponse, - on est habitués - mais apprendre par l'intermédiaire des médias que le projet de loi a été présenté pour avis au Conseil Supérieur de la Fonction Militaire constitue la fameuse goutte de suffisance qui fait déborder le vase de la discipline militaire. Cette marque de défiance vis à vis des gendarmes, mais au-delà des 400.000 personnels des armées, est inacceptable.


C'est assez !


L'absence de dialogue depuis 2017 entre le pseudo ex-monsieur Propre de la réforme des retraites et les APNM, les discours péremptoires de ministres de tutelle sur la spécificité du métier des armes et la mise au point du président de la république sur le terme « pension », sont autant de signaux qui avaient mis la puce à l'oreille des différentes associations de défense des militaires. Mais les arguments fallacieux du gouvernement n'ont pas convaincu une communauté par essence vouée au mutisme.


2001, en ligne de mire ?


Si l'analyse des pistes explorées pour lisser les pensions de retraite des militaires génère une vive inquiétude des gendarmes, elle produit un agacement proche de celui qui a déclenché une vague historique de consultations médicales en 2001.


C'est donc avec solennité et détermination que l'APNM Gendarmes et Citoyens demande à être entendue par les ministres concernés. Elle ne se contentera plus de mots creux. Où sont les simulations de parcours militaire ? La condition militaire exige le maintien du système de retraite actuel ! Il permet encore une ascension sociale à laquelle croit chaque jeune engagé et pour laquelle, en contrepartie, il est préparé à aller jusqu’au sacrifice ultime. Le régime proposé provoquerait, à n’en pas douter, un effondrement du modèle des Ressources Humaines des armées et une perte estimée à plus de 20% du niveau de pension actuel.


Le statut des militaires est une garantie pour l’État de disposer de forces immédiatement disponibles et en état de défendre les intérêts de la France. Il ne saurait être bradé sur l'autel du régime universel. Ce n'est pas négociable !

A la une
Publications récentes
Archive
Nous suivre
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

© Copyright ©2020AG&C | JeM82